Les dégâts des eaux, le sinistre le plus fréquent et le plus coûteux

1,5 millions de dégâts des eaux ont coûté 1,7 milliard d’euros en France en 2018, soit 200 millions de plus que les incendies (BFM Immo 2019). Ces dégâts des eaux sont principalement des incidents du quotidien : fuite de canalisation, baignoire qui déborde, vidange malencontreuse de la chaudière, fenêtre ouverte pendant un orage… Ils représentent 36% des sinistres (contre 9% de cambriolages et 6% d’incendies) et coûtent en moyenne 1 136 € par incident (FFA 2019).

Les conséquences d’un dégât des eaux sont nombreuses : démarches administratives liées à l’assurance, travaux de remise en état, nécessité d’un relogement temporaire dans certains cas… Aussi, ces évènements peuvent avoir une incidence sur la santé des résidents à long terme. L’humidité peut durablement imprégner le logement et être vecteur de moisissures, d’odeurs et du développement d’allergènes (acariens, mycotoxines, spores, staphylocoques).

Les fuites invisibles, des centaines d’euros dans le siphon

S’agissant d’eau gaspillée, le dégât des eaux exceptionnel est l’arbre qui cache la forêt. Les fuites invisibles sont bien plus fréquentes et peuvent coûter plusieurs centaines d’euros par année par habitation :

 Robinet qui goutte (4 L/h)

120 €/an

 Mince filet d’eau issu d’un joint usé (16 L/h)

490 €/an

Chasse d’eau qui fuit (25 L/h)

770 €/an

Ces évènements pèsent sur le budget des copropriétés. Le montant des contrats d’assurance des copropriétés a augmenté de +6,9% en lien avec une hausse de la sinistralité au cours des dernières années (OSCAR MonImmeuble 2019).

Toutefois, la fuite est loin d’être une fatalité. Des solutions existent pour prévenir les dégâts des eaux et réduire cette charge pour les copropriétaires.

La solution SmartHab : détecter et agir automatiquement

La solution SmartHab détecte les fuites dès les premiers signes via deux moyens complémentaires :

  • des détecteurs de fuite physiques, positionnés sous les arrivées d’eau dans la cuisine et la salle de bain des résidents ou à proximité d’équipements critiques en parties communes. Ils détectent la présence d’eau même en faible quantité.
  • l’analyse intelligente du comptage d’eau. Un débit d’eau en l’absence des résidents, continu sur plusieurs heures ou encore sans consommation d’énergie peuvent être interprétés comme une fuite d’eau. L’intelligence SmartHab détecte les écoulements suspects.

Le résident est alors notifié par SmartHab en temps réel, par sms. Il peut donc agir immédiatement sur la cause.

Le croisement de ces données fiabilise la détection d’une fuite et permet de couper automatiquement l’électrovanne d’arrivée d’eau afin de prévenir toute inondation grave.

Dispositif anti-inondation SmartHab

Ainsi la solution innovante SmartHab peut faire économiser plusieurs centaines d’euros à la copropriété et au résident.

Des compteurs numériques certifiés

Le comptage SmartHab repose sur une mesure respectant la directive MID (Measuring Instruments Directive) 2004/22/CE. Cette directive établit des exigences élevées en termes de performances des compteurs. En particulier, cette directive définit des contraintes de conception pour lutter contre la fraude et permet de délivrer une donnée facturante.

Ainsi, cette norme garantit un comptage fiable à la copropriété, que ce soit par des compteurs analogiques ou numériques. Cette donnée sûre peut alors être exploitée par tous les acteurs de la copropriété.

Le comptage d’eau est notamment intégré à l’application SmartHab pour permettre à chaque résident de suivre sa consommation et faire des économies grâce à des analyses et des conseils. Pour en savoir plus sur les économies d’eau avec l’application SmartHab.